29/08/2014

* L'ALUMINIUM

L’ALUMINIUM : un poison quotidien

 

Absorbé en faible quantité, ce métal est rejeté naturellement par l’organisme. Mais son utilisation démultipliée augmente les risques de surdose. Ce qui n’est pas sans risque pour la santé. Alzheimer guette …

Les études scientifiques publiées sur les effets des sels d’aluminium sur la santé sont désormais nombreuses. L’aluminium est toxique à haute dose. Il n’a en outre aucun rôle biologique. En clair, il n’a rien à faire dans notre organisme.

 

l'aluminium

 

Nous avons heureusement tendance à le rejeter rapidement dans bien des cas. Reste que les sels d’aluminium sont utilisés dans les aliments comme additifs alimentaires, dans l’eau comme clarifiant, dans les cosmétiques comme opacifiant et dans les vaccins comme adjuvant.

Il existe bien des alternatives à l’aluminium, mais cela aurait un coût pour les industries concernées. Il y a néanmoins une prise de conscience, car on remarque des « sans aluminium » comme argument de vente sur certains déodorants.

 

Prudence, mais pas de panique

L’aluminium constitue naturellement 8 % de la croûte terrestre. Mais comment se retrouve-t-il dans nos aliments ? Il peut y avoir migrer depuis une casserole, des ustensiles et des matériaux d’emballage. Le papier alu n’est pas vraiment concerné par cette problématique, sauf dans certains cas précis. Quant au poisson en papillote, inutile de le bannir, mais il vaut mieux ne pas ajouter du citron. Cet ingrédient augmente la migration de l’aluminium vers l’aliment.

 

l'aluminium

 

Il est aussi préférable de ne pas utiliser des casseroles abîmées. Une poêle en téflon éraflée peut faire ressortir l’aluminium.

Pas de panique cependant, la quantité d’aluminium libérée par ces sources est peu importante.

 

Dans l’eau du robinet aussi

Certaines stations d’épuration sont de grandes consommatrices de sels d’aluminium. Le sulfate d’alumine est utilisé pour purifier l’eau du robinet. Les particules d’aluminium sont alors rendues hydrosolubles et particulièrement assimilables par l’organisme humain. Si seulement 5 % de l’aluminium consommé provient de l’eau, ce pourcentage passe intégralement la barrière intestinale et présente une biodisponibilité supérieure aux autres sources.

 

l'aluminium

 

Plusieurs études montrent que boire une eau à forte teneur en aluminium multiplie les risques de la maladie d’Alzheimer. Les pouvoirs publics ne se donnent pas la peine de promouvoir ces enquêtes, de vérifier ces données et de considérer comme un sujet grave de santé publique. En Belgique, l’eau de distribution provient le plus souvent de captages souterrains et non de captages de surface. L’eau demande alors un traitement moins « agressif ».

 

Les risques pour la santé

L’aluminium, ce métal décrié, multiplierait par deux les risques d’Alzheimer, mais aussi les risques d’encéphalopathie (affection neurologique et psychique chronique du cerveau). Une exposition à long terme à des concentrations élevées d’aluminium peut entraîner des effets nocifs sur les humains et les animaux.

 

l'aluminium

 

Les commentaires sont fermés.