05/10/2014

* LA SORBONNE

Voici le plus prestigieux monument des universités françaises. Depuis sept siècles, cette institution parisienne aux multiples splendeurs se bat contre la décrépitude.

Dans la cour d’honneur, dominée par la chapelle où veillent Victor Hugo et Louis Pasteur, les étudiants attendent, comme aux marches du palais.

Slogan des étudiants : « Touche pas à ma fac ».

 

la sorbonne

Quatre bâtisseurs pour un empire

L’Université de Paris dispensait son enseignement en plein air au XIIIe siècle et les étudiants vivaient souvent en vagabonds. Pour loger les plus pauvres, le chanoine de Notre-Dame, dit Robert de Sorbon eut l’idée de créer un collège qui prit son nom et où vinrent des professeurs réputés. Après le chanoine, un cardinal prit en main cet empire intellectuel. Richelieu, très riche, imagina de reconstruire les bâtiments tri-centenaires qui menaçaient ruine.

la sorbonne

 

Un quadrilatère, creuset de la pensée universelle

Au cœur du quartier Latin, la Sorbonne occupe 21.000 mètres carrés en pente vers la Seine. Condensé de l’apport français à l’édifice de la pensée mondiale, son architecture est particulièrement éclectique : péristyles antiques, réminiscences du sévère style Louis XIII, orientalisme de la tour d’astronomie, classicisme de la cour d’honneur. Mais le tout s’harmonise grâce à un plan remarquablement équilibré.

 

la sorbonne

 

A l’origine, ce plan quadrillé était d’une logique irréfutable, mais le départ des scientifiques, la multiplication des étudiants et l’éclatement de la Sorbonne après mai 1968 ont imposé aux bâtiments des exigences non prévues. Si les façades conservent leur bel ordonnancement, à l’intérieur, pour gagner de la place, on a étouffé les cours, divisé les locaux, multiplié les constructions provisoires.

 

la sorbonne

Dans le maquis des coulisses et des amphis

L’imposante peinture de Puvis de Chavannes « Le bois sacré » décore le grand amphithéâtre réservé aux réceptions officielles. Mais derrière les magnificences du grand amphi et les dorures de la salle Liard, les coulisses sont moins brillantes : salles de cours vétustes, couloirs obscurs, poussière et entassement.

 

la sorbonne

Bonaparte transforme la Sorbonne en ateliers d’artistes

La bibliothèque constitue le plus important fonds documentaire en lettres et sciences humaines de France. Elle s’enorgueillit d’une vaste salle de lecture éclairée par des lampes d’opaline. Les livres sont si nombreux qu’il a fallu les empiler sur plusieurs étages de magasins, dont certains ont conservé leurs rayonnages de chêne. Parmi les trésors cachés aux regards figure le traité de médecine de Rhazès, manuscrit du XIVe siècle enluminé à la feuille d’or.

 

la sorbonne

Le charme lettré des toits de Paris

Avec ses trois hectares de toits d’ardoise et de zinc, la Sorbonne, haut lieu de l’enseignement littéraire, rythme le panorama gris-bleu de la capitale. La coupole de la chapelle représente l’endroit où Richelieu repose. Son mausolée fut profané pendant la Révolution, mais son crâne plus tard restitué.

 

la sorbonne

  

Les commentaires sont fermés.