10/12/2014

* LES QUATRE SAISONS

Les quatre saisons de la forêt d’érables, une symphonie sur le rebord d’une fenêtre. Représentée dans quatre états différents, correspondant aux quatre saisons dont elle suit le rythme, comme une forêt normale dans la nature.

Une forêt bonsaï est toujours composée d’un nombre impair d’arbres. Quelquefois un arbre mort est volontairement planté dans le groupe pour accroître la sensation de naturel.

les quatre saisons

 

Trois cents ans de patience humaine et végétale pour un chef-d’œuvre de sculpture vivante

Un pin à cinq aiguilles – Pinus pentaphylla, a trois cents ans et 1,20 m de haut. Sa graine est probablement tombée en terre du Japon au XVIIIe siècle, pendant le règne du shogun lyeyasu. Sa forme exceptionnelle, dont il n’existe que quelques exemplaires réussis au monde, représente la main de Bouddha. En France, il est devenu l’arbre traditionnel qui accueille les visiteurs au parc des bonsaï de Châtenay-Malabry.

 

les quatre saisons

Plus nature que dans la nature, les arbres nains ont conservé la forme des géants qu’ils auraient pu être

Composés et entretenus comme des sculptures, les bonsaï classiques d’un grand âge sont désormais stabilisés dans des formes parfaites. Ils obéissent à la règle du maître chinois Fe Chab Wan, selon laquelle le bonsaï doit suggérer « une impression d’immensité dans un petit espace ». Leurs origines sont diverses, soit qu’ils aient été trouvés dans la nature et modelés ensuite, soit plantés à partir de graines, ou greffés, ou marcottés. L’amour du bonsaï confine à l’art religieux. Leur valeur marchande égale celle d’une œuvre d’art.

les quatre saisons

 

Baroques de Chine ou tortueux du Japon, les bonsaï fascinent soudain l’Occident

Le tronc du sageretia a été ployé par les intempéries il y a cent dix ans, là où il fut ramassé dans la nature. Ensuite, c’est la main de l’homme qui a modelé les masses du feuillage du bonsaï qui, contrairement à la plupart des autres espèces, peut être conservé à l’intérieur. Le sageretia doit son nom à Sagaret, agriculteur français travaillant en Chine au XIXe siècle, à qui fut dédié cette espèce.  

La culture du bonsaï nécessite des outils appropriés, importés du Japon ; ciseaux à couper les branchettes, scie à sectionner les branches, balai à feuilles mortes, pelle pour tasser la terre après rempotage, ciseaux pour couper les feuilles au printemps.

 

les quatre saisons

Un art millénaire pour enchanter les amateurs de jardins enfermés dans les villes

 

Il y a quatre mille ans, les Babyloniens cultivaient déjà des arbres en pot et des bonsaï figurent sur des bas-reliefs indiens, mais les Chinois furent les premiers à leur donner des formes artistiques. Les Japonais ont développé et perfectionné les techniques de façonnage des bonsaï. Bonsaï signifiant littéralement « arbre en pot ». La plupart des bonsaï sont cultivés à partir de graines, de greffes ou de boutures. Pour façonner un bonsaï, l’artiste utilise du fil de cuivre car il est malléable et ne rouille pas. Ce fil est enroulé autour des branches de l’arbre pour le fléchir selon les formes souhaitées et y demeure pendant la période de croissance. Les branches, et même les feuilles, sont taillées à chaque nouvelle croissance. Les racines sont également coupées lors des rempotages pour que le bonsaï reste sain et petit.

 

les quatre saisons

 

Les commentaires sont fermés.