24/01/2015

* L'UNIVERS DANS UNE GOUTTE

Une planète grouillante de vie … C’est ainsi qu’apparaît une simple goutte d’eau, prélevée dans une mare, quand on la regarde au microscope. Mais ces organismes qui s’agitent en tous sens ne se contentent pas d’illustrer l’incroyable diversité de l’infiniment petit. Ils témoignent aussi de l’apparition du phénomène vivant sur le globe.

 

goutte-eau.jpg

 

Des végétaux vieux de trois milliards d’années

Les algues bleues unicellulaires mériteraient le titre de pionnières de l’histoire de la vie. On en a trouvé des traces fossiles vieilles de plus de trois milliards d’années. Et elles sont toujours présentes dans des flaques d’eau stagnantes. Elles ont dégagé dans l’atmosphère primitive terrestre d’énormes quantités d’oxygène, et permis l’apparition de formes plus évoluées, telles les algues d’eau douce microscopiques bourrées de chlorophylle qui ont enrichi à leur tour l’air en oxygène.

 

ALGUE.JPG

 

Les premiers animaux de tous les temps

Alors que se développent les algues unicellulaires, une autre catégorie d’acteurs apparaît voilà plus d’un milliard d’années. Constitués eux aussi d’une cellule unique, ils ne contiennent pas de chlorophylle. Pour se nourrir, ils ingurgitent voracement des fragments de matière vivante que leur fournissent bactéries et végétaux microscopiques. C’est ainsi que le monde végétal a servi de marchepied à l’ascension des premiers animaux.

 

Etapes initiales vers la complexité des êtres

Si notre goutte d’eau regorge d’organismes unicellulaires, elle héberge aussi des hôtes plus évolués, riches de plusieurs milliers de cellules organisées en société hiérarchisée. Les premiers fossiles d’animaux métazoaires, datent d’environ huit cent millions d’années. Ils annonçaient une formidable explosion de nouvelles formes vivantes. Les hydres d’eau douce, organismes très primitifs, capturent leurs proies à l’aide de leurs tentacules urticantes.

 

Mouvements de foule autour d’une bulle d’air

La goutte d’eau, emprisonnée entre deux lames de verre, commence à s’évaporer ; une bulle d’air aux contours sinueux s’engouffre sous elle. Des protozoaires ciliés avides d’oxygène s’agglutinent autour de la bulle. Ces créatures très primitives respirent comme tous les êtres vivants ; elles « brûlent » les grosses molécules organiques qui se transforment en eau et en gaz carbonique, en libérant beaucoup d’énergie.

 

Sous le microscope, empreintes de géants

 

Certains êtres vivants, bien trop gros pour être présents dans une goutte d’eau, y laissent parfois des traces infimes. Ainsi cette écaille de brème, parcourue de stries concentriques très rapprochées correspondant aux phases de sa croissance, ou ce fragment de peau de triton, abandonné au cours d’une mue. Les tritons, amphibiens proches des salamandres, sont les descendants des premiers vertébrés qui conquirent les terres émergées voilà quatre cents millions d’années.

 

goutte1.jpg

 

Les commentaires sont fermés.