22/05/2015

* PARENTS SEPARES

PARENTS SEPARES, ENFANTS PRESERVES

 

parents.jpg

 

Un divorce est une épreuve difficile pour le couple et pour les enfants. Après une période de reconstruction, les adultes ont l’opportunité de refaire leur vie. Les enfants, eux, n’ont pas ce choix : on ne change pas de papa ou de maman !

Lorsque leurs parents se séparent, ils doivent entrer dans un nouveau style de vie, fait de nombreux allers-retours.

Alors, puisque nous vivons dans une société où la séparation se banalise et touche un nombre croissant de couples, à vous de tout faire pour éviter de meurtrir inutilement les enfants. Ils ne sont pas responsables des décisions des grands !

Heureusement, de plus en plus d’ex-conjoints sont conscients des retombées négatives que leur séparation peut avoir sur leurs enfants. Ils font des efforts pour que leur amertume et leurs ressentiments n’empêchent pas leurs enfants de maintenir un lien de qualité avec chaque parent. Ils réussissent à établir une distinction claire entre leur histoire de couple terminée et leur rôle de leurs parents. Ils arrivent à établir une bonne collaboration dans un climat apaisé.

enfant.jpg

 

Penser à l’enfant d’abord

C’est la condition sine qua non pour préserver l’enfant. Il est essentiel de prendre conscience de ce qui se joue pour l’enfant.

Trop souvent encore, le duo parental n’arrive pas à conserver ou à créer une relation de qualité. Parfois la mésentente domine et l’enfant devient carrément otage ou allié d’un des deux. Pourtant son bien-être est extrêmement tributaire de la collaboration et du respect qui existe entre ses parents.

 

Ne dénigrez pas l’autre

Avant la rupture essayez de tenir l’enfant à l’écart du conflit. S’il est témoin d’une dispute, dites-lui qu’il n’a pas à s’en soucier : c’est une affaire entre adultes. Il apprend ainsi à faire la différence entre la relation de ses parents et celle qu’il entretient avec chacun d’eux. Ne dénigrez surtout pas son papa ou sa maman devant lui. Lorsqu’un parent rabaisse, insulte ou tient des propos dévalorisants à l’autre, c’est une partie de son enfant qu’il blesse. C’est son identité même qui est touchée.

 

Une aide extérieure

Tentez la voie de la médiation familiale. Elle crée un espace où chacun peut s’exprimer et être entendu par une personne neutre. Cette formule permet d’ébaucher un dialogue moins passionnel et peut réellement aider à trouver des compromis respectant les intérêts matériels de chacun et le bien-être de l’enfant.

 

Après la séparation

C’est tout frais et vous êtes encore sous l’emprise d’émotions diverses allant de la colère à l’anxiété en passant par la dévalorisation ou le désespoir : c’est normal. Il faut du temps et tout un cheminement pour l’accepter. Mais faites l’effort d’un petit travail d’introspection, si nécessaire avec un thérapeute, pour dire et comprendre pourquoi vous vous sentez trahi, blessé, abandonné et trouver des clés pour ne pas rester bloqué dans la rancœur indéfiniment.

 

Lui permettre de ne pas juger

Il peut sembler impossible de tenir ces propos lorsque la blessure est encore à vif, c’est compréhensible. L’essentiel est de très vite se reprendre, de ne pas rester dans une position de victime ou dans une attitude de ressentiment prolongé. Lorsque vous le pourrez, exprimez le fait que vous respectez le choix de l’autre. C’est à ce prix que l’enfant ne sera pas obligé de juger l’un de ses parents, de prendre parti ou de « choisir », un tel choix étant pour lui toujours extrêmement douloureux.

 

parents1.jpg

 

Commentaires

Coucou,
Tes articles sont très intéressants!!!!
Ton blog super aussi.
Gros bisous.
Nicole/mamieninette37

Écrit par : mamieninette37 | 31/05/2015

Répondre à ce commentaire

merci beaucoup Nicole de ta visite et de ton commentaire.

Écrit par : josiane50 | 01/06/2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.