05/06/2015

* MAL AU DOS

MAL AU DOS, MAL DU SIECLE

La particularité des douleurs rachidiennes, c’est qu’elles peuvent être fortes au point d’être invalidantes, sans trahir pour autant une pathologie grave. « Le mal de dos ne s’explique pas nécessairement par une lésion anatomique, et à l’inverse, une lésion anatomique, une hernie discale par exemple, constatée par le scanner n’entraîne pas toujours un mal de dos. Autrement dit, dans ce domaine, il n’y a pas de lien automatique entre la douleur, l’imagerie et l’anatomie !

 

mal au dos

 

Sans doute un mal de dos qui ne passe pas en quelques semaines justifie-t-il une consultation, surtout s’il s’accompagne d’autres signes comme de la fièvre ou une fatigue anormale. Mais inutile de sauter aux conclusions !

 

Ne faites pas votre propre diagnostic

Même si des examens antérieurs ont révélé la présence d’une hernie discale, par exemple votre mal de dos actuel n’a peut être rien à voir avec elle. Ne vous étonnez donc pas si le médecin consulté commence par vous interroger longuement sur ce que vous ressentez, ainsi que sur le contexte biopsychosocial dans lequel s’inscrit votre douleur. Dans bien des cas, un interrogatoire approfondi et un bon examen clinique suffisent à gérer le problème, sans qu’il soit nécessaire de se lancer dans une série d’examens techniques coûteux et chronophages !

 

mal au dos

 

Ne brûlez pas les étapes

Certaines personnes s’adressent d’entrée de jeu à un chirurgien, alors qu’il n’est pas le premier maillon d’un itinéraire clinique logique. Mieux vaut emprunter la filière classique : prenez rendez-vous avec votre médecin traitant, qui vous orientera éventuellement vers un spécialiste.

 

Ne vous croyez pas condamnée d’avance à une intervention chirurgicale

En cas de lombalgie, douleur aiguë ou chronique dans le bas du dos, dite « commune », la solution est généralement non chirurgicale. Et même lorsque la chirurgie constitue un des traitements possible, le résultat n’est pas forcément miraculeux. Certains chirurgiens vous disent d’ailleurs franchement : « j’ai 30 % de chances de vous améliorer ».

 

Trop sédentaires ?

De l’arthrose à la hernie discale, déformation d’un disque intervertébral provoquant (ou non) une série de symptômes, notamment des douleurs et des fourmillements, en passant par le rétrécissement du canal lombaire, les causes possibles du mal de dos sont nombreuses. Et ce n’est pas toujours la plus évidente qui est la bonne ! En fait, surtout chez les personnes relativement jeunes, le mal de dos s’explique souvent en bonne partie par un déconditionnement musculaire ! Notre colonne vertébrale, en effet, a besoin de ses muscles comme un mât de ses haubans. Mais comme nous devenons de plus en plus sédentaires, notre musculature s’atrophie, entraînant des dysfonctionnements qui mènent tout droit au mal de dos. Mal de dos qui peut évoluer vers une lombalgie chronique, soit permanente soit intermittente, qui finit par affecter la qualité de vie. 

mal au dos

Les commentaires sont fermés.