25/07/2015

* LA ROUTE SAUVAGE

En Pologne, bison futé est derrière son rideau de bois

En 1945, dans toute l’Europe, ne vivait plus un seul bison en liberté. Aujourd’hui, les bovidés sauvages peuplent les forêts du parc. On les nourrit afin de les empêcher de brouter dans une réserve intégrale de 4700 hectares, inviolée par l’homme, qui borde la frontière soviétique.

 

la route sauvage

 

Le Danube est encore bleu pour les pélicans de Roumanie

Les pélicans et les petits pêcheurs du delta du Danube, en Roumanie, sont des ennemis héréditaires, car les premiers engloutissent d’énormes quantités de poissons. Il y a quelques années, les hommes détruisaient méthodiquement les nids de ces oiseaux gloutons.

 

la route sauvage

 

Un coin de paradis italien où gambadent les bouquetins

Etonnant acrobate des montagnes, le bouquetin fut pratiquement exterminé dès la fin du XVIIIe siècle. Les survivants se réfugièrent en Italie dans le massif du Grand Paradis, au sein même de la chasse privée du roi Victor-Emmanuel II qui fit don de ce domaine à l’Etat en 1922, contribuant ainsi à sauver l’espèce. Ces bouquetins sont tous d’origine transalpine.

 

la route sauvage

 

L’ours brun se baigne dans son « château » de Bavière

Sur les 13000 ha du parc national de la Forêt bavaroise, 4000 sont consacrés à une sorte de ménagerie en pleine nature où les touristes peuvent observer des espèces comme l’ours, enfermées dans de grands enclos. A l’état sauvage, les ours se cachent dans quelques tanières, en Pologne et aussi dans les Pyrénées.

 

la route sauvage

 

Au parc de Camargue, le cheval d’orgueil est blanc

En Camargue, les manades de juments et de poulains disposent d’une semi-liberté autour de l’étant de Vaccarès.

 

la route sauvage

 

Paradis des neiges ? Mais l’hiver, la faim fait saillir le lynx des bois

Les grands carnassiers de plus en plus rares apprécient l’hiver car leurs proies, diminuées par le manque de nourriture, se dérobent moins vite.

 

la route sauvage

 

Paradis du littoral ? Mais l’homme chasse les animaux de leur territoire

L’homme détient le record de la prédation. En Camargue, il brûle les champs de roseaux, ce qui détruit serpents et grenouilles, et il effectue, au-dessus des rizières, des épandages d’insecticides, ce qui compromet la nutrition des animaux.

 

Les Cévennes, le seul parc français habité

Le parc national des Cévennes, d’où l’on distingue le massif de l’Aigoual, enclot un certain nombre d’exploitations agricoles. Celui des Pyrénées n’est habité que d’une façon saisonnière par les bergers. Ces sites prestigieux ne sont pas épargnés par les activités séculaires des bûcherons qui continuent d’exploiter les forêts de résineux. Ainsi descend-on les troncs abattus par des routes à flanc de montagne.

 

la route sauvage

 

 

 

Les commentaires sont fermés.