25/07/2015

* LA ROUTE SAUVAGE

En Pologne, bison futé est derrière son rideau de bois

En 1945, dans toute l’Europe, ne vivait plus un seul bison en liberté. Aujourd’hui, les bovidés sauvages peuplent les forêts du parc. On les nourrit afin de les empêcher de brouter dans une réserve intégrale de 4700 hectares, inviolée par l’homme, qui borde la frontière soviétique.

 

la route sauvage

 

Le Danube est encore bleu pour les pélicans de Roumanie

Les pélicans et les petits pêcheurs du delta du Danube, en Roumanie, sont des ennemis héréditaires, car les premiers engloutissent d’énormes quantités de poissons. Il y a quelques années, les hommes détruisaient méthodiquement les nids de ces oiseaux gloutons.

 

la route sauvage

 

Un coin de paradis italien où gambadent les bouquetins

Etonnant acrobate des montagnes, le bouquetin fut pratiquement exterminé dès la fin du XVIIIe siècle. Les survivants se réfugièrent en Italie dans le massif du Grand Paradis, au sein même de la chasse privée du roi Victor-Emmanuel II qui fit don de ce domaine à l’Etat en 1922, contribuant ainsi à sauver l’espèce. Ces bouquetins sont tous d’origine transalpine.

 

la route sauvage

 

L’ours brun se baigne dans son « château » de Bavière

Sur les 13000 ha du parc national de la Forêt bavaroise, 4000 sont consacrés à une sorte de ménagerie en pleine nature où les touristes peuvent observer des espèces comme l’ours, enfermées dans de grands enclos. A l’état sauvage, les ours se cachent dans quelques tanières, en Pologne et aussi dans les Pyrénées.

 

la route sauvage

 

Au parc de Camargue, le cheval d’orgueil est blanc

En Camargue, les manades de juments et de poulains disposent d’une semi-liberté autour de l’étant de Vaccarès.

 

la route sauvage

 

Paradis des neiges ? Mais l’hiver, la faim fait saillir le lynx des bois

Les grands carnassiers de plus en plus rares apprécient l’hiver car leurs proies, diminuées par le manque de nourriture, se dérobent moins vite.

 

la route sauvage

 

Paradis du littoral ? Mais l’homme chasse les animaux de leur territoire

L’homme détient le record de la prédation. En Camargue, il brûle les champs de roseaux, ce qui détruit serpents et grenouilles, et il effectue, au-dessus des rizières, des épandages d’insecticides, ce qui compromet la nutrition des animaux.

 

Les Cévennes, le seul parc français habité

Le parc national des Cévennes, d’où l’on distingue le massif de l’Aigoual, enclot un certain nombre d’exploitations agricoles. Celui des Pyrénées n’est habité que d’une façon saisonnière par les bergers. Ces sites prestigieux ne sont pas épargnés par les activités séculaires des bûcherons qui continuent d’exploiter les forêts de résineux. Ainsi descend-on les troncs abattus par des routes à flanc de montagne.

 

la route sauvage

 

 

 

17/07/2015

* CATASTROPHES

Foudre, éruptions volcaniques, typhons et tempêtes de sable provoquent sur la surface du globe des catastrophes dites « naturelles », qui font parfois de nombreuses victimes.

catastrophes

 

Semer le vent et récolter la tempête

Les sables ont une redoutable capacité d’absorption ; c’est ainsi qu’en Arabie, ils submergent en quelques jours des autoroutes et même des lignes électriques.

 

catastrophes

Piéger les déferlantes du large

Entre la houle paisible qui berce les vacanciers et le « tsunami », muraille d’eau d’une cinquantaine de mètres de haut qui sème parfois la terreur sur les côtes du Pacifique, on trouve toute une gamme de vagues fantasques et épisodiques, les grandes déferlantes, capables de retourner, voire de briser en deux, des bâtiments de fort tonnage.

 

catastrophes

Déchaîner sur Terre les foudres de Mars

Un cratère de dix km de diamètre ; c’est le résultat de l’impact, sur la surface de la Terre, d’un météorite de bonne taille. Or la chute d’un météorite n’est pas un événement rare. La collision, extrêmement violente, creuse dans la plaque un cratère aux formes irrégulières, comparable à ceux que l’on peut observer sur Mars.

 

catastrophes

Eruption volcanique

Le continent européen compte, lui, une centaine de volcans, dont 30 sur le territoire de l'Union européenne, qui ont été actifs au cours des 10.000 dernières années. En Grèce et en Italie, on dénombre 140 éruptions depuis le XVIème siècle. Et si ces volcans sortaient brutalement de leur léthargie, comme aux Philippines ? 

De toutes les catastrophes naturelles, les éruptions volcaniques sont parmi les plus impressionnantes, en raison de leur côté soudain et de leurs retombées en chaîne : projections de débris, coulées de lave, émanations de gaz toxiques, effets sismiques...
Une éruption majeure en Europe aurait des conséquences très lourdes pour la population et l'environnement. Bien entendu, on ne peut résister à un tel sinistre. Par contre, on est en mesure de prévoir une éruption avec de plus en plus de précision et de prendre à temps toutes les mesures nécessaires afin de sauver les vies humaines et de réduire les coûts économiques.

 

catastrophes

 

09/07/2015

* LASCAUX (France) Dordogne

A Lascaux se trouve la plus belle grotte ornée de la préhistoire.

Peintes au plafond, les vaches de Lascaux sont d’une finesse et d’une légèreté étonnantes ; on les a longtemps crues d’une autre espèce que les taureaux. Sous la vache rouge apparaît la ruade du premier des chevaux chinois, ainsi baptisés à cause de leur dessin qui rappelle le style de la Chine ancienne.

 

lascaux

 

Une légion étrangère où chacun oublie son nom

Les peintres magdaléniens savaient s’éclairer, mélanger leurs couleurs d’origine minérale et les lier avec des substances organiques. Leurs successeurs modernes, venus de six pays différents, ont dû reproduire en quelques années des œuvres qui ont été superposées pendant peut-être cinq siècles.

 

Palette subtile, éclairage efficace

On a recueilli dans la grotte originale des restes de colorants vieux de 17000 ans, au pied même des fresques. Autre vestige de Lascaux, la lampe de grès rose, conservée au musée de Saint-Germain-en-Laye. Les peintres brûlaient aussi de la graisse avec des mèches de bois, dans de nombreuses pierres concaves.

 

lascaux

 

Ces virtuoses connaissaient la couture

Quinze mille ans avant Jésus-Christ, il fait plutôt frisquet à Lascaux. Mais les hommes savent se chauffer et se vêtir avec raffinement. Ces révélations ont été arrachées aux sédiments de la vraie grotte.

 

Objets trouvés dans la vraie grotte

Conservés par des collectionneurs anonymes, ils sont précieux pour la science ; une des premières lames de silex fixées avec du mastic, un pendentif en coquillage et une palette d’artiste avec des restes de pigments. Une sagaie en os ornée des mêmes motifs que la grotte elle-même.

 

lascaux

 

Une ruade de cerf réglée au millimètre

La vallée de la Vézère, classée par l’UNESCO est baptisée « vallée de l’Homme » sur le modèle de la vallée des Rois égyptienne.

Lascaux, matrice du monde ? Nombre d’artistes voient dans l’original comme dans sa copie un même lieu magique et initiatique. Nul ne connaîtra jamais la vérité, mais tous s’accordent à dire que Lascaux restera à jamais un lieu vivant, un endroit où nos ancêtres ont prouvé qu’ils n’étaient pas de sombres singes.

 

lascaux

 

 

Publié dans Nature | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lascaux |  Facebook |

03/07/2015

* BETES A FAIRE PEUR

Certains arthropodes usent de systèmes de défense redoutables. Par les pores, ils sécrètent une écume corrosive ou exhalent des odeurs nauséabondes. Par les dards et les articulations, du poison. Mais ces armes ne suffisent pas. Afin de décourager leurs prédateurs, les insectes annoncent la couleur en se parant de teintes violentes qui signalent à leurs agresseurs qu’ils sont toxiques. Cette stratégie de la dissuasion semble porter ses fruits. En effet, les prédateurs enregistrent les couleurs prémonitoires de l’animal, surtout quand ils ont fait une mauvaise expérience de dégustation. Ils évitent alors tout ce qui a la même apparence. Dans le petit monde des insectes, la guerre ne cesse jamais.

 

bêtes à faire peur

 

Quand le criquet malin se déguise en arlequin

La majorité des prédateurs qui ont été soit piqués, soit brûlés par des arthropodes auxquels ils avaient goûté préfèrent se laisser mourir de faim plutôt que de refaire une tentative avec des proies présentant le même aspect. C’est sans doute pour cela que le criquet bariolé arbore d’agressives couleurs. Quant aux chenilles de Cochlidiidés, elles sont hérissées d’épines urticantes. A la base de chacune, une glande emplie de venin injecte à l’agresseur un douloureux mélange de substances identiques à celles dont usent les orties.

 

bêtes à faire peur

 

Le rouge et le noir du fruit défendu

Les mille-pattes contorsionniste, aussi nommé iule, dispose d’un double système de défense. D’une part, sa couleur, un carmin vif strié de noir, et d’autre part sa carapace, dont la dureté doit rebuter plus d’un bec d’oiselet. En outre, la plupart des iules exsudent des substances très corrosives pour leurs agresseurs. L’araignée, telle l’arachnide d’Amérique du Sud, userait de sa livrée multicolore comme d’un repoussoir.

 

bêtes à faire peur

 

La nature victime de ses impostures

Pour tromper ses ennemis, la chenille d’Hespéridé, qui est parfaitement inoffensive, a imité lors de son évolution celle de Sphingidé toxique délaissée par les prédateurs. C’est un phénomène de mimétisme dit aposématique.

 

bêtes à faire peur