13/12/2015

* LES LILIACEES

 

Botanistes et acheteurs d’art se disputent ces fleurs

On les appelle liliacées. Peintes il y a plus de cent cinquante ans par Pierre Joseph Redouté, elles passionnent encore aujourd’hui acheteurs d’art et botanistes. Pour les premiers, elles sont des chefs-d’œuvre, pour les seconds une référence scientifique.

les liliacées

 

La Couronne Impériale originaire d’une vaste zone qui va de l’Anatolie aux confins occidentaux de l’Himalaya, était, dès 1570, la reine des jardins en Europe.

Toute l’élégance de la Couronne Impériale est dans la houppe de feuilles qui en surmonte l’inflorescence. Au XVIIe siècle, cette fleur faisait l’objet de compétitions acharnées entre collectionneurs, tous cherchant à multiplier le nombre des fleurs ou celui des étages de clochettes. Chacun des six tépales porte, à sa base, une petite tache. Il s’agit de nectaires sécrétant des gouttes de nectar. Le nom ancien de la Couronne Impériale était Larmes de Marie. Son nom persan (gole achke) signifie la fleur qui pleure.

 

les liliacées

Dès 1573, en Occident, la sombre couleur de la fritillaire de Perse dite aussi parfois fritillaire du Liban, avait attiré l’attention des amateurs de jardins. Parmi la centaine d’espèces de fritillaires connues, elle est sans doute l’une des plus originales. Vraisemblablement originaire de Suse, en Perse, on la trouve de la Jordanie à l’Iran. Elle se plaît dans les rocailles sèches entre 500 et 1200 mètres d’altitude et ne dédaigne pas les bordures de chemins ou de champs. On en connaît des formes rares à fleurs verdâtres. Aujourd’hui, on cultive surtout l’Adiyaman, plus robuste et décorative.

les liliacées

 

Gloriosa – Redouté l’a peinte sous l’appellation de Methonica, mais nous la connaissons sous un nom beaucoup plus flamboyant : Gloriosa. Ces liliacées, originaires des zones tropicales africaines et asiatiques, seraient voisines des colchiques. Elles ont souvent des feuilles terminées par une partie effilée formant vrille, permettant aux tiges volubiles de trouver un support. Les diverses formes connues, à tépales plus ou moins crispés et aux couleurs variant de l’écarlate au jaune citron ou présentant des taches lie-de-vin.

 

les liliacées

Le tritome à longues grappes fut la première espèces cultivée en Europe. C’est le kniphofia de nos jardins, si caractéristique avec ses fleurs réunies en grappes denses au sommet de hampes sans feuilles. On en connaît environ 70 espèces et nombre d’entre elles, par hybridation et sélection, ont donné les multiples cultivars actuels. Originaires du sud de l’Afrique, ces végétaux que Redouté rapprochait des asphodèles sont classés dans les aloeaceae, groupe de liliales spéciales au Vieux Monde alors que les agaves, qui leur ressemblent beaucoup, sont uniquement américains.

les liliacées

 

Il existe près de sept cents espèces d’ail vivant dans l’hémisphère nord. Si nombre de ces espèces sont décoratives par leurs couleurs : rose, blanc pur, pourpre, jaune d’or ou leurs clochettes dressées ou penchées, la plupart sont connues et utilisées depuis des millénaires pour leurs qualités culinaires ou leurs vertus médicinales.

 

les liliacées

Le lis tigré dit aussi lis de Chine que l’on trouve en Amérique du Nord et en Asie orientale est l’une des cent espèces de liliums. Certaines de ces espèces ont une odeur très prononcée et sont utilisées en parfumerie. Raffinés dans leurs formes et leurs coloris, les liliums ont donné naissance à des milliers de cultivars.

 

les liliacées

Les commentaires sont fermés.