28/12/2015

* LE BLAIREAU

QUAND LE BLAIREAU SORT DE SON TERRIER …

Bien que protégé en Belgique, il est menacé d’extinction. Il est donc temps de prendre la défense de ce mustélidé dont la présence en Wallonie semble diminuer significativement.

Le blaireau a disparu de la région bruxelloise. En Wallonie un recensement général des terriers est en cours depuis 2007, sous la responsabilité de l’Université de Liège. Mille cinq cents terriers ont été recensés et une quarantaine sont suivis chaque année. Le blaireau est devenu le bouc émissaire des braconniers et des automobilistes. Sa situation nécessite toujours une extrême vigilance de la part des autorités, des associations de protection de la nature et … de nous tous.

le blaireau

 

Qui est-il ?

Discret et attachant, il représente une valeur ajoutée à nos sous-bois. Court sur pattes, massif et compact, le blaireau ressemble à un petit ours. Il pèse en moyenne 12,5 kgs mais, sujet à la surcharge pondérale, il peut, à l’automne, atteindre facilement 20 kgs. Sa tête blanche, rythmée par deux rayures noires traversant les yeux et les oreilles, lui donne un look très graphique. Les oreilles sont décorées d’un fin liseré blanc. Sa fourrure se compose de longues soies raides (appelées « poils de jarre ») noires. Mais les pointes sont assez claires et, en définitive, quand on croise un blaireau, on voit une masse assez grisâtre. La queue est courte et touffue. Il n’a pas une vue d’aigle, mais son ouïe est très fine. C’est son odorat qui est le mieux développé.

 

le blaireau

Son habitat

Il élit domicile dans un terrier profond et assez labyrinthique qu’il installe dans un terrain vallonné, dans un bosquet, dans un bois de feuillus ou dans des broussailles. Mais il n’est pas très difficile et peut vivre ailleurs, à condition que le terrain s’adapte à ses exigences. Le sol doit être drainé et bien solide pour éviter tout effondrement. Une petite pente est bien vue car elle facilite les déblais. Enfin, une couverture végétale lui permet de quitter discrètement son domicile. Son espace vital est important et la superficie d’un terrier varie entre 50 et 700 m2. Il y a plusieurs entrées, de six à quinze, parfois plus. Le blaireau creuse des galeries sur deux ou trois niveaux et sur une profondeur de plusieurs mètres. Elles sont rythmées par des « chambres » qui servent de dortoir ou de lieu de séjour pendant la journée. Des invités occasionnels comme le renard roux ou le lapin de garenne sont « acceptés ».

 

le blaireau

Un cueilleur, pas un chasseur

Le blaireau est un animal crépusculaire et nocturne, sauf en été où il peut émerger de sa tanière avant le coucher du soleil. Une fois sorti, il se balade pendant plusieurs heures, entre six et neuf, parfois plus. L’hiver, en revanche, il se repose au fond de sa tanière et en sort rarement, juste pour prendre un peu d’air frais. Peu exigeant sur le plan alimentaire, il s’adapte parfaitement aux nourritures locales et saisonnières. L’homme l’a classé dans la catégorie des carnivores, mais il ne dédaigne pas un régime 100 % végétarien, composé de racines, bulbes, tubercules, baies, champignons, glands, pommes, prunes, poires, myrtilles, châtaignes et noix.

le blaireau

 

Les commentaires sont fermés.