30/01/2016

* L'ALMADRABA

Le goût des Japonais pour le thon préserve une pêche traditionnelle espagnole : l’almadraba.

Sur les côtes espagnoles, près de Gibraltar, se pratique durant les mois de mai et juin une pêche au thon, spectaculaire et brutale : l’almadraba (madrague). Une méthode archaïque et peu rentable qui survit cependant grâce aux prix élevés consentis par les acheteurs japonais.

l'almadraba

 

Armés d’un crochet, les hommes vont affronter des monstres de 500 kilos

La technique de l’almadraba consiste à acculer les thons dans une poche de filets mobiles (copo), et à réduire progressivement celle-ci. Quand elle est suffisamment remontée, une dizaine d’hommes y descendent armés du gancho (crochet) qui leur sert à diriger les poissons vers le bord. Là, ils plantent dans la bête un second crochet, relié au treuil qui permet de la hisser à bord du bateau de sacada.

 

l'almadraba

Dès leur sortie de l’eau, les thons espagnols sont chargés sur des navires japonais

Du bateau de sacada, les thons sont chargés après chaque coup de filet sur l’embarcation qui fait la navette entre le lieu de pêche et l’un des trois navires frigorifiques japonais ancrés à l’entrée du port de Barbate. Cette opération a lieu une fois pas jour.

Après avoir été treuillées à bord, les bêtes sont pesées sous le contrôle d’un des responsables de l’almadraba. Les plus grosses prises, des thons de plus de dix  ans, peuvent dépasser 3 mètres de long et atteindre 700 kilos.

l'almadraba

 

Selon un ordre précis, les poissons sont dépecés puis congelés à bord

A peine déposés sur le pont des navires frigorifiques, les thons sont pris en main par une quinzaine de spécialistes. Au cours d’un véritable travail à la chaîne, exécuté avec une immuable précision de gestes. Les dépeceurs commencent par couper les têtes, puis ouvrent les abdomens pour en retirer les entrailles, avant de prélever les filets qui sont emportés par tapis roulants jusqu’aux chambres froides où ils sont congelés à moins 60°C.

 

Au marché central de Tokyo, les thons rouges sont les plus recherchés

Les Japonais, qui représentent environ 2% de la population de la planète, consomment 15% du poisson mondial, mais 90% du thon rouge. Ceux pêchés au large de Gibraltar et en Méditerranée, les plus prisés, comme ceux qui ont été capturés au large de la côte est des Etats-Unis finissent leur périple au marché central de Tsujiki à Tokyo, où ils attendent, impeccablement alignés, les acheteurs.

 

l'almadraba

Une pêche à la croisée de la Méditerranée et de l’Atlantique

Les quatre almadrabas espagnoles s’échelonnent du cap Trafalgar à Tarifa. Elles fonctionnent non seulement au moment du frai, quand les thons de l’Atlantique gagnent la Méditerranée en longeant la côte, mais aussi lors de leur retour.

 

 

 

Commentaires

Merci à Faggett pour votre commentaire sur cet article.
Venez visiter mon nouveau blog: http://josiane52.skynetblogs.be

Écrit par : josiane | 28/05/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.