20/02/2016

* LE CHARDONNERET

LE CHARDONNERET ELEGANT, notre ambassadeur

Appelé aussi el maknine, cet adorable passereau au plumage spectaculaire et multicolore a été élu Oiseau de l’année 2012.

Plus petit qu’un moineau domestique, le chardonneret est discret et méconnu. On connaît bien son chant, un gazouillis très musical, émis surtout pendant son vol ondulé. En revanche, on ne le voit que rarement et c’est bien dommage, car il affiche une robe chatoyante aux couleurs… du drapeau belge !

chardonneret.jpg

Son plumage est une association raffinée de brun clair, de noir, de blanc, de jaune poussin et de rouge vif. Cette palette chromatique est particulièrement spectaculaire lorsque l’oiseau est en vol. Le mâle et la femelle sont parés de la même façon. Chez la femelle, les deux taches rouges, situées sur le front et sur la gorge, sont un peu moins étendues.

 

Ses habitudes alimentaires

Le chardonneret élégant a un grand bec, bien conçu pour ses besoins alimentaires. Fort, conique et pointu, celui-ci est parfaitement adapté pour ouvrir les coquilles des plantes et pêcher les graines. Il aime particulièrement celles du chardon et cette préférence est à l’origine de son nom français. Chaque jour, il parcourt de grandes distances pour se nourrir. Il se sustente en voletant d’une plante à l’autre et il n’est pas rare de le voir la tête en bas. Les repas se prennent souvent en bande, ce qui peut poser quelques problèmes. Le chardonneret est en effet un brin agressif et quand il se nourrit, surtout aux mangeoires, on peut entendre les cris rauques « krrr krrr » qu’il lance à ses compagnons. Maniaque et soucieux de sa toilette, il doit se baigner deux fois par jour, le matin et au crépuscule. C’est un gros dormeur, il a besoin de toute une nuit pour se reposer, blotti dans un buisson épais.

nourriture.gif

 

La saison des amours

Elle a lieu au printemps. Les parades nuptiales commencent en mars et sont plutôt orageuses. Mâles entre eux, mais aussi mâles et femelles se disputent en vol, violemment, en émettant des cris de guerre gutturaux. Le mâle se place près de sa copine et n’arrête pas de lui tourner autour, en étirant ses ailes. Le but ? La séduire en lui faisant miroiter de beaux jeux de lumière avec ses barres jaune poussin. La femelle lui répond de la même façon. Une autre approche est possible. Le mâle peut offrir de la nourriture à l’élue de son cœur qui la réclame comme une jeune fille tremblante d’émotion. Le chardonneret élégant nidifie dans les buissons et les arbres, en choisissant les hauteurs ; entre deux et dix mètres au-dessus du sol et plutôt aux extrémités des branches.

amours.jpg

La femelle se charge de la construction du nid. C’est une véritable œuvre d’art, réunissant des matériaux de qualité : mousse, radicelles, herbes sèches, lichens, laine et duvet végétal. L’intérieur, très douillet, est tapissé avec de la laine, des poils et des plumes. La femelle y dépose cinq à six œufs bleuâtres tachetés, l’incubation dure entre douze et quatorze jours. Pendant cette période, le mâle prend ses responsabilités et nourrit bien la future mère. Une fois nés, les poussins sont enveloppés de duvet grisâtre, assez long et épais. Ils quittent le nid au bout de deux semaines environ, mais ont besoin de leurs parents pendant les premiers jours de leur indépendance.

 

fin.jpg

 

Les commentaires sont fermés.