24/10/2015

* LE RAT

Nouvel animal de compagnie à la mode, remarquablement intelligent, facile à élever, il est très sociable et affectueux. Le rat est aussi un animal peu onéreux qui convient bien à de petits budgets.

Biologiquement, le rat domestique appartient à l’espèce du rat brun, mais sa robe peut se parer de différentes nuances : cannelle, topaze, ambre, havane, champagne, etc. Le rat albinos est d’un blanc immaculé et uni ; l’himalayen est blanc mais avec des extrémités du corps colorées ; le siamois a une robe de couleur crème et des extrémités colorées ; le husky s’éclaircit progressivement au fil du temps. Les yeux du rat domestique peuvent être noirs, rubis, rouges ou roses. Parfois, ses yeux sont vairons (un œil de couleur différente).

 

le rat

 

Quel rat choisir ?

Ne l’achetez pas sur un coup de tête. Vérifiez que le nez et les yeux ne coulent pas.

Inspectez-le à la loupe pour déceler d’éventuelles croûtes et observez-le attentivement un bon moment pour vous assurer qu’il n’éternue pas. Son pelage doit être doux, soyeux et parfaitement lisse.

Des oreilles en forme de dentelle indiquent une maladie parasitaire. Jetez un coup d’œil dans la cage pour voir s’il n’y a pas de signes de diarrhée. Il doit être vif, joyeux et de bonne humeur et vous regarder dans les yeux. Choisissez un sujet jeune pour en profiter au maximum (la durée de vie moyenne d’un rat est de deux ans et demi-trois ans. Certains atteignent quatre ans). Un raton est sevré à l’âge de cinq semaines. Mâle ou femelle ? Peu importe. Les mâles ont une odeur légèrement plus forte et, comme les chats, marquent leur territoire en urinant. Les filles sont plus propres, mais ont plus de caractère et peuvent s’avérer de vraies enquiquineuses, au contraire des mâles, plus calmes.

 

le rat

 

Où le loger ?

Dans une cage, bien sûr, mais pas n’importe laquelle. Evites les cages pour souris, trop petites, et celles pour lapin qui ont des barreaux trop espacés.

Le rat aime prendre ses aises et se redresser de temps en temps sur ses pattes arrière. Il a besoin d’espace et va apprécier une cage XXL, truffée de cachettes, équipée de barreaux horizontaux pour pouvoir y grimper, faire ses acrobaties et s’amuser. Il faut compter 0,5 m3 par rat.

Installez la cage dans une pièce de vie. Un rat, comme un enfant, a besoin de présence et de chaleur humaine. Evitez les chambres à coucher. Le rat a des moments d’insomnie, chahute et, comme le chat, adore projeter de la litière autour de la cage.

Préférez des litières végétales : chanvre, lin ou maïs, mais pas de litière pour chat. Les copeaux de bois sont peu efficaces et peuvent s’avérer nocifs car ils contiennent des phénols, à l’origine de gênes respiratoires. Le rat sent presque bon, son odeur est douce. Si sa cage est nickel et sa litière bien adaptée, vous n’aurez aucun souci d’effluves désagréables.

le rat

Publié dans Animaux | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : le rat |  Facebook |

10/10/2015

* PLANCHEZ SUR LE BAMBOU

Si vous avez envie d’apporter votre planche à l’édifice de la consommation durable et si vous êtes en train de penser à l’installation d’un nouveau revêtement de sol, ne boudez pas le bambou, il a toutes les qualités !

Le poète chinois Su Dongpo disait : « On peut vivre sans viande, mais on ne peut pas se passer du bambou ». Il avait sans doute raison. Très esthétique, extrêmement résistant, facile à nettoyer et insensible à l’humidité, son écobilan est très bon. Il est, en plus, un véritable remède contre la déforestation.

 

BAMBOU.jpg

 

Le bambou fait partie des graminées. Sa croissance est très rapide : de 0,5 m à un mètre par jour. Une fois coupé, il est transformé sur place et peut à nouveau être récolté, 5 à 7 ans plus tard, sans qu’il soit nécessaire de semer. Comme toute herbe, le bambou continue à pousser après la coupe. Rappelons que le chêne doit être centenaire avant la coupe et il est nécessaire de le replanter. La tige principale s’appelle chaume ou canne. Le bois des chaumes est riche en silice, ce qui lui confère sa dureté et sa résistance. Les chaumes cassent très rarement car les entre-nœuds leur assurent une grande flexibilité. En Asie, on utilise le bois de bambou pour fabriquer des meubles, des parquets et des instruments de musique. Quand on transforme le bambou, on ne jette rien ! Certaines parties sont utilisées pour fabriquer des stores, des balais ou des baguettes. Les sciures sont recyclées en combustible et fournissent de l’énergie dans les usines de production. Robuste et résistant, le bambou est aussi très stable car son indice de contraction et de dilatation à la chaleur est très bas.

Cette « herbe d’acier », écologique et tendance a donc toute sa place dans nos intérieurs. Un parquet en bambou peut être installé dans le salon, dans la cuisine ou dans la salle de bains. Il ne risque ni de s’abîmer ni de se déformer.

 

bambou1.jpg

 

Parquet au choix

La gamme est très large et s’adapte à tous les goûts. Sur demande, les parquets peuvent être vernis, huilés ou teintés. Les produits de finition sont écologiques. Les parquets sont imputrescibles, ils ne contiennent pas de résine ni d’acide et sont peu, voire pas allergènes. Contrairement aux bois traditionnels, le plancher en bambou est nettoyé à l’aide d’un produit non polluant (le peroxyde d’hydrogène) qui se dégrade rapidement en eau et en oxygène.

 

meubles.jpg

 

 

03/10/2015

* LE CUBERDON

DANS LE CUBERDON, TOUT EST BON !

Parfois appelé cul de bourdon ou chapeau de curé, le cuberdon, ce petit cône au goût inimitable, est l’une des friandises les plus appréciées de notre plat pays.

Du haut de ses 2,5 cm, le cuberdon à l’art de réveiller des souvenirs d’enfance chez de nombreux Belges. Il est l’une des spécialités les plus appréciées du pays.

 

le cuberdon

 

L’origine du cuberdon n’est pas clairement établie. Si, pour la confiserie Geldhof (fabricant installé à Eeklo), le cuberdon a été inventé vers 1873 par un confiseur bruxellois, la rumeur la plus répandue raconte qu’il a été conçu au début du XIXe siècle en Flandres par un membre du clergé. D’où l’appellation de chapeau ou bonnet de curé !

Mais si l’origine précise n’est pas certaine, une chose est sûre : le cuberdon est belge.

D’après la confiserie Geldhof, son nom proviendrait de « kupe » (cuve) ou de « kuper » (cône).

La recette de ce petit délice sucré se serait alors répandue dans le pays. La Seconde Guerre mondiale a failli faire tomber le cuberdon dans l’oubli.

La gomme arabique, ingrédient indispensable à la confection du bonbon, était alors introuvable dans nos contrées. Mais dès 1946, le cuberdon est à nouveau fabriqué.

 

le cuberdon

 

Comme le monde, une création en sept jours

Tantôt appelé cul de bourdon, chapeau de curé ou encore neuzeke (petit nez) en Flandres, le cuberdon est aujourd’hui préparé par un nombre restreint d’artisans. Car si la composition du bonbon n’est plus un secret, sa fabrication reste délicate. La difficulté est d’obtenir une couche épaisse et résistante, renfermant un sirop liquide et parfumé.

Et pour cela, l’élément indispensable est la patience. « Pour réaliser un cuberdon artisanal qui ne colle pas aux dents, il faut du temps, sept jours très exactement ».

Le premier est consacré au dosage des ingrédients, au mélange et à la cuisson dans des chaudrons en cuivre. A la suite de ces opérations, la recette secrète est coulée dans les moules. A partir de cet instant et jusqu’au sixième jour, les cuberdons entament un lent processus de séchage destiné à cristallisé la fine couche extérieure tout en préservant le moelleux du « cœur ». Au septième jour, les cuberdons sont démoulés à la main et prêts à être savourés.

 

Une trentaine de goûts

Produit semi-frais, le cuberdon se consomme dans les huit semaines qui suivent sa production et est donc l’un des rares produits belges à ne pas être connu hors de nos frontières. Ils doivent être aussi frais que possible et ne pas rester trop longtemps dans les rayons. Cela explique pourquoi les cuberdons n’ont jamais conquis les pays voisins.

Toutefois, depuis quelques années maintenant, la friandise commence à se faire connaître outre-Quiévrain grâce à des foires et des salons. Elle a d’ailleurs fait son entrée dans le dictionnaire Larousse en 2008 !

Et aujourd’hui, le succès de ce produit typiquement belge ne cesse de grandir. A côté du cuberdon original aromatisé à la framboise, de nouveaux goûts et de nouvelles couleurs voient le jour. Il existe aujourd’hui une trentaine d’arômes : citron, banane, ananas, cerise, rose, kiwi, poire et même chocolat, cointreau ou pistache. Et après l’énorme succès du spéculoos cuisiné à toutes les sauces, c’est au tour du cuberdon d’intégrer les livres de recettes.

Il est apprécié en dessert avec de la glace vanille, au goûter dans un cake, ou encore en apéritif grâce au peket au cuberdon.

 

le cuberdon

 

 

 

24/09/2015

* LA MORT AUX TROUSSES

En Australie pullulent quarante millions de kangourous. Ils provoquent des ravages sur les terres des éleveurs et des agriculteurs. Symboles du pays, ils divisent les Australiens ; les fermiers les font abattre, alors que les citadins veulent les défendre.

 

la mort aux trousses

 

Toujours les premiers sur l’herbe fraîche

Généralement, les kangourous se déplacent par bandes de cinquante. Dès que la pluie verdit la steppe, ils se précipitent pour dévorer l’herbe avant que le soleil ne la dessèche. Rien ne les arrête. De toute leur puissance ils brisent même les cultures. Les moutons n’ont alors plus rien à brouter dans les pâturages. Ce qui désespère les éleveurs.

 

Ils ont inventé la boxe avant l’homme

Un mâle féconde en moyenne vingt femelles et les prétendants à ce rôle de géniteur sont légion. C’est pourquoi ils se battent. Ils se tournent autour comme deux boxeurs sur un ring et chacun tente de donner sur la poitrine de son adversaire de violents coups avec ses griffes, aussi dures que l’acier. Ils imitent de leurs bras et poings les pugilistes. Les aborigènes attribuent au kangourou la création de l’univers et le célèbrent en l’imitant au cours de danses rituelles étonnamment réalistes.

 

la mort aux trousses

 

Chez les kangourous le bébé naît deux fois

Le fœtus de kangourou, après la naissance, va rejoindre la poche ventrale de la mère. Epreuve périlleuse pour la larve de quelques grammes ; pour effectuer le trajet du vagin à la poche, il dispose de deux minutes, pas plus, avant d’atteindre la tétine où il puisera ses forces. La femelle ne l’aide pas. S’il tombe, il meurt. Dans le marsupium, la tétine va se souder aux parois de sa bouche pendant deux mois environ.

Après soixante jours, le bébé cesse de téter en continu. Il commence à ouvrir les yeux et, lentement, ses oreilles se déplient. La poche maternelle contient quatre tétines qui produisent deux laits de qualité différente. L’un pour le nouveau-né, l’autre pour l’aîné dont la tête émerge hors de la poche. Vers sept ou huit mois, l’adolescent tète encore et continue à chercher refuge à l’intérieur du marsupium. Mais la mère, de plus en plus, le découragera. Il sera adulte à dix-huit mois.

 

la mort aux trousses

 

Mascotte des citadins, dieu pour les aborigènes

En Australie, les citadins recherchent le contact des kangourous, avec lesquels ils jouent lorsqu’ils visitent les parcs naturels. Bien soignés, les animaux se montrent très familiers.

 

En course, un champion de l’économie d’énergie

Lorsqu’il sillonne les steppes, le grand kangourou n’utilise que ses puissantes pattes postérieures qui peuvent le propulser jusqu’à 90 km/h. Par bonds pouvant aller jusqu’à 3 m de haut ou 8 m de long à 25 km/h, ses muscles consomment  moins d’énergie et son rythme respiratoire est plus modéré que lorsqu’il progresse lentement. Des chercheurs australiens ont en effet prouvé que sa consommation d’oxygène diminuait à cette vitesse. D’où sa résistance aux longues distances.

 

la mort aux trousses

 

04/09/2015

* BOOSTEZ VOTRE CREATIVITE

BOOSTEZ VOTRE CREATIVITE, çà change la vie !

Nous avons tous tendance à adopter un comportement qui a fait ses preuves dans le passé : ne rien changer à nos habitudes. Renversez la vapeur et devenez inventif.

Vous pensez que vous n’avez pas une once de créativité ? Que ce mot est réservé aux artistes confirmés, aux inventeurs ou aux scientifiques de renommée ? Faux ; la créativité fait partie de l’homme depuis toujours. Si ce mot évoque d’abord en nous la création artistique ou la recherche, il s’applique donc à tous les domaines de la vie.

 

boostez votre créativité

 

Cela s’apprend

Vous êtes créatif lorsque vous changez de route pour trouver un chemin moins encombré le matin, lorsque vous inventez une histoire pour votre enfant le soir ou tout bêtement dès que vous cherchez la solution à un problème.

 

Comment y parvenir ?

Plutôt que de vous demander toujours « Pourquoi est-ce à moi que cela arrive ? Pourquoi maintenant ? Pourquoi suis-je incapable d’être à l’heure ou de mener ce projet à terme ? » Demandez-vous plutôt « Comment puis-je faire pour solutionner ce problème, éviter qu’il ne se représente, réussir là où j’ai échoué, etc… » Il faut donc essayer d’être créatif là où vous avez parfois tendance à ruminer sur vos manques (de temps, d’argent, d’amour …) en remplaçant les formules pessimistes par des affirmations positives. Osez les idées farfelues et dépourvues de jugement. Créez une ambiance propice au jeu qui permet de libérer la fantaisie et l’imagination. Puis réfléchissez aux différentes options de façon plus adulte et rationnelle. Mais sans jamais abandonner les idées fantaisistes ; elles peuvent parfois mener vers d’autres pistes.

 

boostez votre créativité

 

Maîtrisez les peurs habituelles

Dites-vous qu’il est possible de « faire ou de penser différent ». « Boostez votre créativité … et libérez votre artiste intérieur » vous aidera à trouver la capacité de réaliser l’extraordinaire, d’être en vie, réellement en vie, de créer votre chemin, de manifester votre potentiel, d’être présent pour soi et pour le monde, le plus souvent possible.

 

Bousculez vos habitudes

Développez votre créativité en brisant régulièrement la routine, allez voir des expos ou lisez des livres n’ayant rien à voir avec votre boulot, développez une activité artistique personnelle. C’est aussi une faculté accessible à tous et cela booste la créativité.

 

boostez votre créativité